Les explorations du Glaucome

Pour diagnostiquer le glaucome plusieurs examens sont nécessaires, dont voici les plus courament pratiqués:

 

 Test de tonométrie : 

Il s’agit du premier test généralement entrepris. Le tonomètre mesure la pression à l’intérieur de l’œil. Ce test est à la fois rapide et indolore. La pression intraoculaire normale se situe entre 10 mmHg et 21 mmHg.

Deux techniques sont employées :

  •  On dirige un jet d’air pressurisé sur l’œil ouvert, c’est la tonométrie à air pulsé.

  •  Après instillation d’un collyre anesthésique un cône aplati est posé sur la cornée, c’est la tonométrie à aplanation.

Pour plus d'informations sur la pression de l'oeil, appuyer sur ce lien: Pression des yeux

 

Mesure de l’épaisseur de la cornée :

Il est important de mesurer l’épaisseur de la cornée puisque celle-ci influence le résultat obtenu au test de tonométrie. Si la cornée est épaisse, la pression est surestimée; si la cornée est mince, la pression est sous-estimée d’œil.

La gonioscopie:  

Est un examen que pratique le médecin ophtalmologiste pour voir l'angle iridocornéen.

Il a pour pour but d'apprecier le degré de l'ouverture de l'angle, et donc de savoir si cet angle est ouvert ou fermé, c'est à dire si le filtre qui facilite l'évacuation de l'humeur aqueuse est libre de tout obstacle ou non.

Differencier ces deux formes de glaucome est importante, car la prise en charge est diamétralement opposée.

L'examen consiste à instiller une d'un collyre anesthésiant de la surface de l'oail, puis le médecin pose un verre spécian sur l'oeil, grace à un miroir contenu dans le verre , nous pouvons visualiser cet angle irido-cornéen.

C'est un examen non douleureux.

Test du champ de vision : 

Le champ visuel:  un examen qui est primordial dans le glaucome. 

Cet examen simple, rapide, non douleureux, dure quelques minutes et demande une bonne coopération entre l'opérateur et le patient, il fournit des informations utiles pour le diagnostic du glaucome, le suivi et la surveillance. Examen du champ visuel 

En cas de glaucome ou de suspicion de glaucome, vous bénéficierez d’un examen du champ visuel pour voir s’il existe des déficits dans celui-ci. Chaque oeil est testé séparément. Ce test permettra d’évaluer votre vision périphérique.

Cette technique a pour but de déceler au moyen de petits signales lumineux projetés successivement dans les différentes parties du champ visuel de chaque œil, les parties saines ou déficitaires (appelées scotomes) de celui-ci. Pendant l’examen, le patient ne doit pas cesser de fixer une petite « cible » située au centre d’une coupole et indiquer si il a vu un signal lumineux qui lui a été projeté, sans cesser de regarder la cible de fixation

L’examen du champ visuel permet de détecter la maladie à sa phase initiale alors que le sujet n’a pas encore conscience qu’il a des altérations de son champ visuel.

Devant toute suspicion de glaucome, le champ visuel permettera à l'ophtalmologiste  de s'assurer si la personne est réellement à un glaucome ou non. Cependant, ce seul examen peut être insuffisant, et l'ophtalmologiste pour avoir une certitude avant de débuter un traitement qui durera à vie, peut prescrire d'autres explorations. 

Le champ visuel est ensuite repété à intervalles réguliers. Scientifiquement et selon les recommandations des différentes sociétés savantes dans le domaine du glaucome, les experts du glaucome préconisent la réalisation de 3 champs visuels la première année et 6 champs visuels les 2 premières années. Pouquoi?

Parce qu'en plus de son aide précieuse pour apporter la preuve de l'atteinte par le glaucome, le champ visuel, par sa répitition, permet de savoir si le glaucome est stabilisé ou non, si le traitement est efficace ou non , c'est à dire si le traitement a permis d'atteindre la pression cible:  celle qui permet de protéger les fibres du nerf optique et par conséquent la vision.

Le champ visuel permet aussi de determiner la vitesse de progression de la maladie. C'est pour cette raison que votre ophtalmologiste à besoin nombreux champs visuels.

Votre médecin ophtalmologiste adaptera le rythme de la réalisation des champs visuels  en fonction du statut de votre glaucome.


Plus la progression de la maladie est rapide et non stabilisée, plus votre médecin adaptera le traitement ou aura recours à d'autres alternatives thérapeutiques: comme le laser ou la chirurgie. Le but est toujours le même: sauvegarder une vision utile tout au long de votre vie. 


 

Echographie haute fréquence (U.B.M) :

L’exploration par échographie de haute fréquence (UBM) du segment antérieur permet une analyse en coupe de l’angle irido-cornéen avec une très bonne visualisation du corps ciliaire. Cet avantage, spécifique de l’échographie, se révèle très utile pour apprécier le risque de glaucome par fermeture de l’angle, notamment en cas d’iris plateau.

L’élément de diagnostic de l’iris plateau le plus souvent mis en évidence est la position antérieure des procès ciliaires avec appui sur la racine de l’iris entraînant une fermeture de l’angle irido-cornéen. L’analyse du segment antérieur par UBM permet aussi d’apprécier les autres facteurs de risque de glaucome par fermeture de l’angle comme le facteur cristallinien bien identifié par la flèche cristallinienne.

L’exploration par UBM permet aussi un suivi des patients traités par iridotomie périphérique réalisées pour traiter ou prévenire une crise aigue de fermeture de l'angle irido-cornéen. en effet il peut montrer si ce trou dans l'iris fait par laser est bien perméable et si efficace ou non,  à juger de la persistance ou non d’un mécanisme d’iris plateau, à guider les traitements spécifiques de l’iris plateau éventuellement persistant (iridoplastie, chirurgie du cristallin, chirurgie filtrante…).

L'UBM contibue donc à l'exploration de l'angle iridocornéen et toutes les structures habituellement cachées derrière l'iris qui sont donc invisible à tout autre examen l'examen direct ou indirect comme le corps ciliares.

Il est simple à réaliser, non douleureux, donne des images qui aident le médecin à mieux transmettre les informations au patient surtout dans certaines situations délicates, urgentes ou particilières, ce qui améliore la qualité de la relation de confiance et la collaboration entre le médecin et son patient.

 

Tomographie par cohérence optique (O.C.T) :

C’est un examen de plus en plus utilisé et utile pour le diagnostic des stades précoces du glaucome et qui permet de suivre l'évolution de la maladie glaucomateuse.

L'OCT est un examen objectif,  qui analyse le nerf optique les cellules ganglionnaires de la macula, il permet également de mesurer l'épaisseur de la cornée et l'étude de l'angle irido-cornéen.

Les OCT de dernières générations qui équipent notre centre du glaucome à Mohammedia, Maroc , permet aussi d'étudier la vascularisation de la tête du nerf optique (Photo à droite) dans le glaucome et de visualiser la lame criblée.